Sanae Ishida , la constellation des poussières sonores

Janvier 2018

La compositrice Sanae Ishida a créé une oeuvre originale pour le concert « Ouvertures exceptionnelles » du Symphonique, en représentation les 20 et 21 janvier 
sanaeishida.com 

Née à Nagasaki en 1979, Sanae Ishida, fillette, joue du piano. Un jour, le choc. La rencontre de Brahms et Beethoven, à 10 ans, celle des « paysages européens – forêts, lacs – qu’éclairent leurs notes », décide de sa vocation : elle sera compositrice. « Je voulais partager mes couleurs intérieures », dit-elle. Après des études de composition à l’Université des beaux-arts et de musique de Tokyo, Sanae intègre en 2003 le Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris. Loin de l’esprit français « rationnel », la jeune femme se déclare « irrationnelle ». 

Parmi les ingrédients de ses oeuvres ? Le silence. « Vertueux dans mon pays, il permet d’intégrer, dans une écoute active, les sons qui précèdent. » Sanae compose aussi sur le mouvement des corps – danse butô, théâtre nô. Son art ? Des « gestes percussifs poétiques », soit des sons secs et une composition autour des résonances. Elle invente ainsi, dit-elle, « des “constellations des poussières sonores", c’est-à-dire tous ces bruits “parasites", autour d’un geste, par ricochet, qui créent une forme, un objet ». 

Et puis, bien sûr, elle forge des timbres inédits : détournement d’instruments, utilisation d’objets usuels – saladiers, brosses à récurer, stylos, papiers, etc. – pour « mêler aux sons chics des instruments, ceux du quotidien ». Pour le Symphonique, l’orchestre professionnel d’Est Ensemble, et le centenaire de la Paix, elle a écrit une oeuvre de cinq minutes, Midi serein, déjà jouée au cinéma André Malraux à Bondy en décembre et qui le sera de nouveau le 20 janvier au conservatoire Nadia et Lili Boulanger, à Noisy-le-Sec, et le 21 janvier au conservatoire de Montreuil.

Retrouvez son portrait dans le magazine n°33

Actualités récentes

Publié le 12 Septembre 2020

Membre des instances dirigeantes du Parti communiste français, élu de longue date de la Seine Saint-Denis et vice-président d'Est Ensemble, Jean-Charles Nègre s'était

Visuel actu covid
Publié le 03 Septembre 2020

Depuis le 28 août 2020, le masque est obligatoire dans tous les espaces publics de Paris, du département des Hauts-de-Seine, de Seine-Saint-Denis et du