Actualité

Publié le 03 Juillet 2020

Familiarisez-vous avec la biodiversité locale !

L'été à Est Ensemble, c'est l'occasion de découvrir ou redécouvrir les 3 parcs du territoire et se familiariser avec la biodiversité locale. 

Parc des Beaumonts à Montreuil - crédit : Direction de la communication

Depuis la réouverture des parcs le 19 juin, vous pouvez à nouveau profiter des espaces verts gérés par Est Ensemble : parc des Beaumonts à Montreuil, parc du Bois de Bondy, parc des Guillaumes à Noisy-le-Sec. Nous vous proposons de vous familiariser avec quelques-unes des espèces qui les peuplent et pourquoi pas d’aller les observer durant l’été.
Tour d'horizon grâce aux illustrations réalisées par Samuel Lagandré, agent au sein de la Direction de l’Environnement et de l’Ecologie urbaine d’Est Ensemble.

LES OISEAUX

La Gallinule poule d'eau
La Gallinule poule d'eau ou plus simplement Poule d'eau est une espèce d’oiseau très fréquente dans les étangs et les mares. On la reconnaît grâce à son bec rouge à l’extrémité jaune, son pelage allant du bleu foncé au noir et sa tache blanche de chaque côté. Cette espèce est observable toute l’année en Europe occidentale. Le saviez-vous ? Au parc des Beaumonts, vous pourrez observer un couple de poules d’eau qui se reproduit dans la mare perchée. Chuuuut ! Il est important de ne pas déranger ces animaux pour que leurs petits puissent voir le jour.

Le pivert
Le pivert ou pic vert est un oiseau de la famille des Pics qui peuple une partie de l’Europe. Comme son nom l’indique, sa robe est verte mais le haut de sa tête est recouvert d’un plumage rouge. Il se nourrit d’insectes et plus particulièrement de fourmis qu’il attrape avec sa longue et redoutable langue. Cet oiseau est présent au Bois de Bondy et au parc des Beaumonts. La saviez-vous ? Comme tous les autres Pics, il se sert de son puissant bec pour creuser le bois. Vous ne l’entendrez cependant pas tambouriner les arbres, comme le font ses cousins pour intimider les rivaux ou se nourrir, car il ne le fait que pour creuser son nid… au printemps.

La gorge-bleue à miroir 
La Gorge-bleue à miroir est aisément reconnaissable à son cou bleu comportant généralement en son centre une pointe de blanc ou de roux. Cette espèce est visible à nos latitudes entre les mois d’avril et mai. A ce jour, cet oiseau n’est plus présent dans nos parcs. Les naturalistes qui observent la faune et la flore du parc des Beaumonts reste attentifs à son retour. Le saviez-vous ? La gorge-bleue à miroir serait capable d’imiter le chant d’autres espèces d’oiseaux et peut-être aussi d’insectes.

Le rouge-gorge
Le rouge-gorge est un petit oiseau très présent dans les parcs et jardins d’Europe. Le mâle et la femelle sont presque identiques avec leur corps brun et leur fameuse gorge rouge-orangée. Le rouge-gorge est facilement observable toute l’année de par sa nature peu farouche, il est présent sur les 3 parcs gérés par Est Ensemble. Le saviez-vous ? Bien que sa face et sa poitrine soient plus orangées que rougeâtres, cet oiseau prend le nom familier de rouge-gorge au Moyen-Âge. En effet, la couleur orange n’apparaît qu’au XVIe siècle en Europe avec l’arrivée du fruit du même nom sur le continent.

La mésange charbonnière
La mésange charbonnière est la plus commune et la plus grande des mésanges. Elle se caractérise par sa tête noire, ses joues blanches, son dos verdâtre, son ventre jaune et une cravate noire sur la poitrine. En dehors des périodes de nidification, elle vit en groupe avec d’autres mésanges. Vous pourrez l'apercevoir dans les 3 parcs gérés par Est Ensemble et même l’observer en ville. En effet, c'est l’une des seules espèces d'oiseaux dont on constate une augmentation de la population en Île-de-France. Le saviez-vous ? Elle est particulièrement appréciée des jardiniers pour lutter contre les parasites car elle se nourrit des vers, pucerons et chenilles présentes dans les jardins.

  

LES AMPHIBIENS

Le triton alpestre
Le triton alpestre est une espèce originale d’amphibien présente dans les régions tempérées d’Europe. Il possède un corps de couleur brune, verdâtre ou gris bleuté avec des taches plus ou moins visibles et est reconnaissable à son ventre orange très vif. Au printemps, pendant sa période de reproduction, il est particulièrement observable dans les mares. Le saviez-vous ? De couleur plutôt sombre en hiver, il se pare de couleurs vives au moment de la reproduction. Les males développent même une crête. 

La grenouille rousse
La Grenouille rousse est une grenouille terrestre qui affectionne les milieux humides tels que les forêts, prairies, marais, etc. Elle est d’assez grande taille, ce qui lui vaut d’être souvent confondue avec un crapaud. Comme son nom ne l’indique pas, la couleur de sa robe est variable : du brun, roux, gris, au jaunâtre et plus ou moins tachetée de noir. C’est une espèce très présente en Europe occidentale notamment dans les régions au climat frais ou pluvieux, mais en voie de raréfaction dans le monde. Elle est très peu observable car elle passe très peu de temps dans l’eau à la fin de l’hiver pour se reproduire. Elle se cache le reste de l’année.

L’alyte accoucheur
L’alyte accoucheur est un petit crapaud présent en Europe. Il a une coloration grise ou brunâtre et sa peau est recouverte de petites granules. Il est possible de l’observer entre les mois de mars et d’octobre. Il est présent en petit nombre au parc des Beaumonts. Le saviez-vous ? Chez cette espèce, c’est le mâle qui s’occupe des œufs après l’accouplement, ce qui lui vaut son nom.

  

Toutes les espèces d’amphibiens présentes au parc des Beaumonts sont protégées. Selon l’arrêté ministériel du 19 novembre 2007, il est interdit de détruire ou d’enlever des œufs. La destruction, la mutilation, la capture ou l'enlèvement, la perturbation intentionnelle des animaux dans le milieu naturel sont également interdits.

LES MAMMIFÈRES 

La vache bretonne pie noir
La vache pie noir d’origine bretonne est reconnaissable à sa petite taille et à sa robe tachetée noire et blanche. Il s’agit d’une race menacée de disparition et donc préservée. Depuis plusieurs années, quelques-unes de ces vaches rejoignent le parc des Beaumonts au printemps pour entretenir les prairies grâce à la technique de l’éco-pâturageLe saviez-vous ? La vache est un ruminant. Ses journées sont ponctuées par des temps où elle broute et d’autre où, allongée, elle regurgite sa nourriture pour la remastiquer. Ces aliments coupés en petites particules vont ensuite être digérés par plusieurs « estomacs » !

Le bouc des fossés
Le bouc des fossés est le mâle de la chèvre des fossés. Il s’agit d’une espèce rustique originaire des régions du Grand Ouest, de taille moyenne, à poils mi-longs. Chaque printemps, un groupe de boucs des fossés est introduit au Parc des Beaumont pour entretenir les espaces verts grâce à la technique de l’éco-pâturage. Le saviez-vous ? Autrefois, l’espèce servait à l’entretien des talus et des fossés. Elle peut ainsi brouter dans les coins parfois peu accessibles du parc et s’attaque aux plantes invasives, comme la très vivace renouée du Japon.

 

LES INSECTES

La libellule déprimée
La libellule déprimée est une espèce très commune en Europe. Le mâle est reconnaissable à son abdomen bleu clair tandis que celui de la femelle est brun jaune. Cette libellule doit son nom à la forme de son abdomen qui est à la fois court, plat et très large. La libellule déprimée est visible d’avril à septembre, mais vole très rapidement et se pose au somment de la végétation, ce qui la rend difficilement observable.

Les odonates
Les odonates sont des insectes prédateurs dotés de deux paires d’ailes généralement transparentes. On les trouve fréquemment aux abords des zones d’eau dont ils ont besoins pour se reproduire. Le saviez-vous ? Souvent désignés par le terme familier de libellule, les odonates se regroupent en fait en deux sous-ordres : libellules et demoiselles. Les premiers, de grande taille, ont des ailes étendues de chaque coté du corps tandis que les secondes sont plus petites, avec des ailes qui se replient au dessus du corps en position de repos.

Le criquet et la sauterelle
Le criquet et la sauterelle appartiennent tous les deux au groupe des Orthoptères, c’est-à-dire les insectes avec des ailes bien droites. Comment les différencier ? Ce n’est jamais grâce à la couleur : le criquet peut être vert ou marron, il en va de même pour la sauterelle. Le criquet a des antennes plus courtes que son corps, tandis qu’elles sont plus longues chez la sauterelle. Par ailleurs, le criquet est végétarien alors que la sauterelle mange de tout, pouvant aller jusqu’à attaquer d’autres insectes.

Le perce-oreille
Le perce-oreille ou forficule est un petit insecte reconnaissable à son abdomen qui se termine en pince. N’aimant pas la lumière, il passe la plupart de ses journées dans les crevasses du sol, sous les écorces de bois mort ou dans le creux des fleurs. Il en sort la nuit à la recherche de nourriture. Le saviez-vous ? Le perce-oreille est considéré comme un auxiliaire du jardinier car il est un grand consommateur de nuisibles comme les pucerons. 

Le paon du jour
Le paon-du-jour est un papillon de taille moyenne très répandu, y compris dans les zones urbanisées. Il est aisément identifiable à ses taches circulaires (ocelles) de couleur bleu vif ressemblant aux plumes d'un paon. Ses ailes faisant penser à des yeux constituent un moyen de défense contre les prédateurs. Le revers de ses ailes de couleur brune lui permet de se dissimuler plus facilement.

La coccinelle à 7 points
La coccinelle à 7 points est une espèce courante en Europe. Elle est perçue comme un porte-bonheur depuis le Moyen-Age. Elle est rouge avec 3 points de chaque coté du corps et un point au niveau de la jointure des ailes. Elle est bien connue des jardiniers pour lutter contre les pucerons qu’elle dévore. Le saviez-vous ? Petite par la taille, de 5 à 8 mm, elle peut effectuer de longues migrations ou atteindre de hautes altitudes grâce à ses ailes qui peuvent battre jusqu’à 9 fois par seconde.

 

Plusieurs programmes de sciences participatives vous proposent de participer pendant l’été :

  • Suivi des polinisateurs : Positionnez-vous devant une espèce de fleurs muni de votre de votre appareil photo et durant 20 min photographiez tous les visiteurs : insectes pollinisateurs, mais aussi araignées, punaises etc. Renseignez ensuite les informations sur le site.
  • Comptage des papillons : Tentez d’identifier les papillons qui virevoltent devant votre fenêtre et indiquez les espèces aperçues sur le site.

D’autres initiatives ou document pour continuer d’observer la nature :

Recevez la lettre d’est ensemble, avec le meilleur de l’actualité du territoire et de ses 9 villes !

Seul le champ marqué d'un astérisque (*) est obligatoire. En cliquant sur “je m’abonne”, vous acceptez de recevoir 2 à 3 fois par mois nos derniers articles par courrier électronique et vous prenez connaissance de notre politique de protection des données.
Vous pouvez vous désinscrire à tout moment à l’aide des liens de désinscription figurant dans chaque newsletter.