Budget 2020

Le cycle budgétaire

Le cycle budgétaire s’organise en quatre étapes majeures :

  • le débat sur les orientations budgétaires, tenu en conseil de territoire le 23 décembre 2019 : il permet aux élus d’échanger sur les prospectives de la collectivité,
  • le vote du budget primitif, effectué le 4 février 2020 : il ouvre les crédits et permet la dépense,
  • les décisions modificatives : elles interviennent en cours d’année et modifient les autorisations budgétaires, permettant l’ajustement des budgets aux réalisations effectives de l’exercice,
  • le vote du compte administratif, prévu au printemps 2020 pour l’exercice 2019 : il constate les comptes définitifs du Territoire pour l’exercice considéré.

 

Le budget 2020

Est Ensemble dispose de trois budgets distincts : le budget principal, le budget assainissement et le budget des projets d’aménagement.

Les dépenses réelles prévisionnelles des trois budgets consolidés s’élèvent à 367 millions d’euros dont 101,7 millions d’investissement et 265,3 millions d’euros de fonctionnement.
Celles-ci se répartissent comme suit entre les compétences d'Est Ensemble :

Pour plus d’information consultez le rapport sur le budget primitif 2020

Le premier poste de dépense correspond à la dotation d’équilibre versée à la Métrople du Grand Paris (127,57 millions d’euros). Il s’agit d’une dépense obligatoire.

Les autres dépenses de fonctionnement augmentent de façon limitée en 2020* (environ 1,2% par rapport au budget primitif 2019). Cette évolution permet toutefois de maintenir le niveau des dépenses de fonctionnement courantes et de financer une évolution conséquente de la masse salariale (+4,2%) due à :

  • la prise en compte d’un glissement vieillesse technicité (2%) dont la mise en œuvre du Protocole parcours carrière et rémunération (PPCR),
  • l’impact en année pleine des créations de poste réalisées en 2019,
  • la poursuite des recrutements sur les postes vacants au sein de l’administration,
  • l’évolution à la hausse des dépenses consacrées à la restauration, des transferts de personnel sur la compétence PLUi et règlement local de publicité intercommunal (financés dans le cadre de la CLECT),
  • la création de certains postes financés compensés pour une large part par des financements en N+1 (FSE, Région, ANRU…),
  • l’ouverture d’une nouvelle bibliothèque à Pantin au 1er septembre 2020.

Le budget primitif 2020 est un budget particulier au regard du renouvellement des exécutifs locaux au printemps prochain. Le budget est en reconduction et quasiment aucune action nouvelle n’a été proposée. Des efforts d’économies menés lors de la préparation budgétaire, et un travail particulier effectué pour rapprocher les inscriptions budgétaires de leur exécution effective ainsi que la non reconduction du montant des dépenses imprévues en 2020 (6 M€ en 2019) ont permis d’aboutir à ce budget contenu.

Est Ensemble s’engage aussi pour l’investissement sur le territoire. Parmi les principales dépenses d’équipement, on notera :

  • les piscines (28,8 M€) avec la construction de la piscine intercommunale à Bondy / Noisy-le-Sec (13 730 k€), la piscine et le conservatoire Leclerc et Bacquet à Pantin (8,5 M€) et la rénovation du centre nautique Jacques Brel à Bobigny (6 M€),
  • la politique aménagement (14,5 M€),
  • les équipements culturels (14,2 M€) avec principalement la construction de la bibliothèque des Courtilières à Pantin, la restructuration du conservatoire de musique du Pré-Saint-Gervais (2,9 M€), la VEFA (vente en l'état futur d'achèvement) du cinéma à Bobigny (2,4 M€) et la rénovation de la bibliothèque Desnos à Montreuil (2 M€),
  • la politique de l’habitat (5,4 M€) avec principalement le dispositif intercommunal de lutte contre l’habitat indigne (1,7 M€) l’opération aménagement 4 chemins (1,6 M€) et le Programme national de requalification des quartiers anciens dégradés (PNRQAD) Coutures Bagnolet (1 M€),
  • le programme de renouvellement urbain avec la préparation du NPRU 2 (5,3 M€).
  • le gros entretien et les réparations (3,4 M€),
  • la politique de prévention et de valorisation des déchets (3,2 M€) avec principalement l’achat de véhicules (1 M€), l’extension du réseau de collecte pneumatique à Romainville (1 M€) et le programme pluriannuel d’implantation des PAVE (400 000 €),
  • les systèmes d’information (2,4 M€), dont 2 M€ pour les licences et le matériel informatique et 450 000 € pour le réseau très haut débit.
 

*Hors dépenses imprévues 2019